Conclusion

Au terme de ces TPE nous avons donc montré qu’il existe plusieurs catégories d’illusions ; les illusions géométriques, artistiques et fréquentielles.

Elles s'appuient pour la plupart sur l'accentuation des contrastes, et sur l'automatisme de notre cerveau, qui met systématiquement du sens sur ce qu'il voit.

 

            Le principe de fonctionnement des illusions fréquentielles est basé sur le fait que chaque image est divisée en hautes fréquences et basses fréquences, et que le cerveau traite ces différentes données séparément. Leur étude permet de mettre en évidence les caractéristiques de celles-ci.

            Nous avons montré que les basses fréquences sont traitées en priorité par le cerveau, alors que les hautes fréquences sont transmises au cerveau à une vitesse moindre. De même, en fonction de la distance, les fréquences prises en compte diffèrent.

            Ainsi, les illusions fréquentielles jouent sur ces caractéristiques et sur la différenciation opérée par le cerveau entre vision locale et vision globale pour susciter l'étonnement et l'intérêt.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site